Évaluer pour mieux prévenir les risques amiante après un sinistre

Amiante après sinistre BordeauxLorsqu’un sinistre survient dans un bâtiment contenant de l’amiante, notamment à la suite d’un incendie, il est possible que soient libérées des quantités dangereuses de fibres cancérogènes en raison des dégradations subies par les matériaux amiantés. Il est donc indispensable de sécuriser le site, en empêchant son accès aux personnes non habilitées, mais aussi pour éviter toute pollution environnementale. Il convient également de procéder à une expertise complète des lieux afin de repérer les sources potentielles d’émissions de fibres d’amiante et d’y remédier. Dans la mesure du possible, ce contrôle préventif doit être effectué dans les 24 heures suivant le sinistre.

En quoi consiste le repérage amiante après sinistre ?

Il s’agit tout d’abord de faire inspecter, par un contrôleur certifié, l’état des matériaux amiantés, éventuellement en s’appuyant sur les rapports de diagnostics et repérages et sur le DTA, afin d’évaluer leur intégrité. Si leur dégradation est avérée, il faudra veiller à instaurer une zone de confinement pour sécuriser les locaux. Des mesures d’empoussièrement sont aussi à effectuer afin de déterminer la concentration en fibres d’amiante dans l’air. Toute concentration supérieure à 5 fibres d’amiante par litre d’air nécessitera aussi la mise en œuvre de dispositifs préventifs afin d’éviter les risques d’exposition pour les intervenants.

Quelles sont les principales conséquences d’un repérage amiante après sinistre positif ?

Pour parer à toutes les situations à risque, des interventions de retrait des matériaux pollués et dangereux devront alors être envisagées. Il faudra aussi veiller à éviter la dispersion des cendres potentiellement amiantées (arrosage pour retenir les poussières au sol). Toute personne intervenant sur la zone sinistrée devra être habilitée à travailler au contact de l’amiante et respecter scrupuleusement les règles de sécurité en vigueur (port d’EPI, zone de décontamination, etc.). Le retrait et l’évacuation devront être réalisés dans les règles de l’art et les matériaux dangereux évacués vers des unités de stockage dédiées à ce type de matériaux. À l’issue de ces opérations de retrait et de nettoyage, des contrôles devront être réalisés pour obtenir la restitution des locaux (niveau d’empoussièrement, examen visuel).