DPE dans les bâtiments publics à Bordeaux : l’État cherche à démontrer son écoresponsabilité - 27/02/2020

Avec la mise en avant d’une politique énergétique de plus en plus stricte au travers notamment de la loi Énergie et Climat, l’État, en bon élève, doit aussi démontrer son exemplarité et notamment au travers de la réduction de sa facture énergétique qui rappelons-le, dépasse le milliard d’euros. Pour ce faire, le gouvernement a annoncé à l’occasion du conseil de défense écologique qui s’est tenu le 12 février, vingt mesures pour démontrer son ambition d’accélérer la transition écologique de son parc immobilier, regroupées au sein d’un plan intitulé Services publics écoresponsables. Parmi celles-ci, HELLODIAG, notre cabinet de diagnostics immobiliers de Bordeaux et qui intervient partout en Gironde, a noté une évolution majeure dans la transparence des DPE tertiaires réalisés dans les bâtiments publics ainsi qu’une réelle ambition d’optimiser leur facture énergétique.
 
 

Une cartographie des consommations des bâtiments publics de Bordeaux en "open data"

Alors que jusqu’à présent, seuls les DPE des bâtiments de plus de 250 m2, propriété de l’État, étaient affichés et donc rendus publics, ce seront tous les DPE du parc immobilier public qui seront publiés en "open data" au cours de cette année. Il s’agit des DPE qui exigent une mention et qui sont réalisés dans des bâtiments abritant des bureaux mais aussi des bâtiments techniques, etc.). En plus, leurs consommations de tous types de fluides (eau et énergie) pourront être suivies par un outil spécifique dédié. Il en résultera une "cartographie énergétique fiable de l’immobilier de l’État" pour mieux identifier les faiblesses des bâtiments publics en matière de chauffage.
 
 

Les autres mesures proposées pour mieux chauffer les bâtiments propriété de l’État à Bordeaux

Parmi les autres mesures proposées par le gouvernement, notre cabinet de diagnostic immobilier établi à Bordeaux n’a pas manqué de relever :
L’interdiction d’acheter ou de réparer par de gros travaux des chaudières au fioul à partir de mars 2020 (leur suppression est programmée pour au plus tard 2029 sauf pour celles qui figurent dans les ministères de l’Intérieur et des Armées)
20 millions d’euros destinés à réduire les consommations d’énergie des bâtiments publics par des travaux simples à partir de mars 2020
La mise en œuvre d’une campagne de sensibilisation destinée aux agents de la fonction publique d’ici juillet 2020
Une réduction de deux tiers de la facture énergétique et de la moitié des émissions de gaz à effet de serre pour 2022, dans le cadre du Grand Plan d’investissement et sur 39 cités administratives emblématiques.
 

« Retour aux actualités